La gouvernance

Organisation horizontale ou verticale ?

La charte, le règlement intérieur

Une charte éthique peut faire partie du cadre associatif.
Même si elle est sincèrement prise en considération, chacun peut en interpréter les concepts à sa manière, surtout si ces derniers sont abstraits ou ne font déjà pas l’objet d’un consensus sur la planète (paix, respect, sens des responsabilités…).
Chaque participant évolue alors dans son fantasme de ce que sont les valeurs et le but, d’où le besoin de communiquer, d’apprendre à se connaître et à s’aimer, plutôt que de trop miser sur cet outil abstrait.

On peut rendre l’outil moins abstrait par une contextualisation : expliciter l’historique qui a conduit à la rédaction de la charte et du règlement. Cela clarifie les intentions, et permet de déceler plus facilement les éventuelles incohérences.
Une règle qui est motivée, et contextualisée, pourra plus facilement être comprise, puis acceptée, ou changée (si le contexte change).

Par exemple : « le skate est interdit dans la cour, jusqu’à ce qu’on construise une barrière de protection des autres usagers de la cour ».
« Les plats sont végétariens et/ou labellisé bio, parce que nous respectons la vie des animaux, et nous voulons préserver les forêts primaires de la déforestation causée par une agriculture intensive nourricière du bétail ».
« Les membres doivent se respecter, parce qu’on n’a pas encore d’outil efficace pour faciliter les réconciliations et gérer les frustrations ».

Un historique peut être gardé en vue de permettre aux nouveaux de comprendre la logique évolutive. Par exemple : « après avoir fixé l’adhésion à 3€, par souhait d’accessibilité, nous avons constaté un dédain du statut d’adhérent.e. Depuis, l’adhésion est entre 5€ et 10€ selon le revenu, et un verre de l’amitié est offert à tout.e nouvelle ».

La précision de l’intention n’oblige pas à la rigidité. Par exemple, la charte peut énoncer : « pour tous les objectifs cités, le collectif n’est pas responsable à la place de chacun.e. La charte sert juste de repère ». Un repère est un palliatif à une ignorance ou à un « endormissement » (temporaires).

La charte peut servir à souder une organisation derrière des valeurs, ou elle peut servir à faire croire que le groupe défend ces valeurs et elle sert alors à dissuader d’enquêter sur les pratiques réelles du groupe. Comme tout outil, elle peut être utilisée de manières différentes.

Les conflits

Les comportements délétères surviennent souvent lorsqu’une équipe se disperse en motivations contradictoires, ouvrant ainsi une brèche dans la cohésion entre les volontaires.
Les structures déstabilisées que j’ai observées étaient toutes dans une phase de manque de cohérence.
Toutefois la cohérence est un processus : elle atteint rarement exactement les 100 %.

Si nous nous trouvons dans un théâtre de conflits chroniques entre des membres, nous pouvons partir et créer quelque chose de cohérent ailleurs, ou questionner notre propre violence intérieure :
qu’est‑ce qui nous a conduit là ?
Si nous aimons rester dans un lieu conflictuel, demandons-nous ce que nous y recherchons : serait‑ce du pouvoir ?
Ou bien, aurions-nous été habitué.e à beaucoup de violence et sommes-nous là « par habitude » de ce climat ? (Hypothèses non exhaustives).

Les groupes dont les membres sont à une place qui paraît juste à chacun.e, ne semblent pas inquiétés par des violences internes.

Les conflits sont nécessairement incarnés par des personnes. Mais souvent, ils reposent sur des divergences d’opinion : modération/ extrémisme, religion/ anticléricalisme, autoritarisme/ anarchie… Le fait de décrire un conflit comme personnel peut nuire à sa compréhension conceptuelle, et empêcher un débat utile.

Un projet dirigé par des personnes abusives ne tiendra probablement que tant que des personnes « joueront » à abusé/abuseur.

Lorsqu’une personne devient despotique, elle n’a pas pu y arriver seule, mais avec l’appui, ouvert ou discret, de la majorité active du groupe. Il peut s’agir d’un.e président.e ou de toute autre personne qui est perçue comme très importante.
Même s’il y a changement de présidence, un groupe immature reste en attente d’une situation semblable (« le roi est mort, vive le roi »). C’est l’ensemble du projet associatif qui a alors besoin d’être questionné.

Manuels de sociocratie (Certains auteurs inconnus, espérant que ce n’est pas du matériel protégé).

Les six chapeaux six apres sont 6 postures ayant chacune leur intérêt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *